Se connecter
   |  Se déconnecter

Le chemin de St Jacques de Compostelle, de Figeac à Cahors par Rocamadour

NOS POINTS FORTS
  • Départ de Figeac et une journée libre à Rocamadour
  • Séjour avec des étapes de 24km environ
  • Des auberges ou des hôtels
  • Le transport des bagages entre les étapes
  • Une application gratuite GPS de randonnée
Le séjour

Plus au nord de Figeac, en plein cœur du Causse Quercy entre les vallées du Lot et de la Dordogne, se cache une terre discrète mais riche en trésors historiques incontournables. Peu fréquentée et rarement choisie comme destination de vacances, cette région du Causse offre pourtant des « perles » remarquables à découvrir.

Nous n’allons pas tout vous révéler, car ce lieu vous réservera des surprises qu’il faut vivre pour apprécier pleinement. Cependant, certains faits rendent ces terres uniques. Il faut savoir que c’est un important lieu de pèlerinage avec une histoire multiséculaire, attirant des fidèles tout au long de l’époque médiévale. Ici, même le roi Saint Louis monta à genoux le grand escalier, selon la tradition. C’est aussi ici que le corps bien préservé de Saint Amadour fut découvert, et où Saint Namphaise, autrefois officier de Charlemagne, abandonna son poste pour vivre en ermite dans les Causses du Quercy, en pleine campagne. Ce lieu attire depuis longtemps des pèlerins, mais pourquoi ? C’est à vous de le découvrir et de trouver vos propres raisons de tomber sous le charme unique de ces endroits, d’appréhender l’esprit de Rocamadour, de Figeac, de Gramat, de Labastide-Murat, et autres.

Bien sûr, la nature locale ne doit pas être négligée : outre son relief varié, ce Causse est célèbre pour ses formations rocheuses calcaires, ses escarpements et ses vallées verdoyantes.

Ne manquez pas cette occasion de découvrir la beauté préservée et cachée du Causse du Quercy, ainsi que les raisons pour lesquelles ces sites et ces paysages attirent des pèlerins depuis des siècles.

Et n’oubliez pas que ce parc est exempt de pollution lumineuse, vous offrant ainsi l’opportunité de profiter de nuits étoilées, en pleine harmonie avec la magie de la terre et du ciel.

Jour 1 : Figeac

Arrivée à Figeac et installation dans votre hébergement
Nuit en B&B

Jour 2 : de Figeac à Lacapelle-Marival (23km)

CARDAILLAC

Cette première étape est facile et douce, une promenade entre les murets de pierres sèches, les forêts du Quercy et les villages lotois. Une bonne journée de mise en jambe qui permet de découvrir notamment le joli village de Cardaillac.

Ce village a gardé toute la noblesse héritée de ses seigneurs. Les tours rondes et carrées ont été conservées, on devine l’enchevêtrement des rues qui enlacent des maisons couvertes de grès. Le Moyen-Age refait surface, affleure derrière chaque pierre.

Cardaillac est classé parmi les plus beaux villages de France. Au sommet de sa butte castrale, les trois tours qui trônent dans le ciel sont les vestiges d’une ancienne forteresse, que Richard Cœur de Lion tenta d’assiéger durant la guerre de Cent Ans. On monte dans la tour pour un panorama majestueux sur les causses du Quercy et les ruelles dorées de Cardaillac, qui abritent nombre de petites boutiques de charme, ateliers d’artistes, brocanteurs… Cardaillac est une halte parfaite pour une pause déjeuner ! On repart ensuite dans un décor de forêts typiques de cette région. Les mousses et les lichens poussent sur les troncs des chênes, les cazelles emblématiques du Quercy se cachent dans les clairières, c’est un paysage d’une grande douceur, qui nous accompagnera souvent au fil de ce chemin. Le GR6 traverse le parc naturel régional des causses du Quercy et on s’habitue vite à la sérénité de ces bois lumineux.


LACAPELLE MARIVAL

L’arrivée à Lacapelle-Marival est superbe : le château, qui appartenait jusqu’à la Révolution à une grande famille occitane, trône au centre du village et jette ses tours dans le ciel de la fin d’après-midi. Peut-être aurez-vous la chance de tomber sur un soir de fête, et de goûter à un aligot géant sur la place principale ! Sinon, les pierres ocres et dorées, les maisons à colombages, les toits de lauzes, bref, cette merveilleuse architecture lotoise séculaire et préservée sauront rassasier au moins vos yeux…

Le village de Lacapelle-Marival se situe à la croisée de trois régions naturelles : le causses, le Limargue et le Ségala. Historiquement, il était également positionné au carrefour de routes marchandes, ce qui en faisait un lieu important.

Jour 3 : de Lacapelle-Marival à Gramat (24 km)

L‘EGLISE DE RUDELLE

Quelques kilomètres après le départ, nous arrivons à l’une des plus belles curiosités de la journée : l’église fortifiée de Rudelle. Son allure est étonnante : son clocher évoque un donjon, son chemin de ronde est équipé de créneaux et mâchicoulis qui rappellent davantage un château fort en ordre de bataille qu’une chapelle à l’heure de la messe. L’église a été fortifiée durant la guerre de Cent Ans pour protéger les villageois des assauts ennemis et a conservé fière allure !


DONATIVO


Puis c’est de nouveau une étape très forestière, avec de ravissants murets de pierres sèches qui encadrent notre route, et de belles rencontres : plusieurs habitants ont choisi d’ouvrir leur porte aux marcheurs et de proposer un sirop, un jus de fruit, un café, en échange d’un don libre : c’est ce qu’on appelle sur le Chemin un « donativo ». Ils sont souvent là pour discuter : « vous venez d’où ? jusqu’où marchez-vous ? ». On croise au détour du sentier des autels improvisés, des croix, des prières, des chapelets, on discute avec les autres marcheurs, c’est l’esprit de Saint Jacques !



GRAMAT

Gramat est de nouveau un superbe village lotois. Comme souvent dans la région du Quercy, la pierre et le bois se mêlent aux vignes courant sur les façades, pour un superbe cocktail de colombages, murs aux teintes chaudes et lauzes brunes d’où coulent les raisins mûris par l’été. Cette architecture intemporelle est d’une grande beauté, et Gramat a énormément de charme. Plusieurs gîtes et chambres d’hôtes chaleureux ouvrent leurs portes aux marcheurs dans ce village où il fait bon s’attarder 

Jour 4 : de Gramat à Rocamadour (13 km)

LES GORGES DE L’ALZOU


C’est une petite étape, mais qui mérite d’être savourée : autant la marche que l’arrivée à Rocamadour sont somptueuses. Au départ de Gramat, on s’enfonce dans les gorges de l’Alzou à la rencontre d’un patrimoine millénaire. Au cœur d’une forêt fantastique, où l’humidité sculpte des guirlandes de mousses et un clair-obscur druidique, nous cheminons le long d’anciens moulins qui exploitaient la force de la rivière Alzou. Aujourd’hui à l’abandon, ces moulins en ruine sont de véritables cathédrales de la forêt, se mêlant au relief de la gorge et que le chemin traverse parfois, dans un étonnant labyrinthe de ponts et d’escaliers.


ROCAMADOUR


Cette étape est superbe, mais ce n’est qu’un avant-goût de la magie : soudain apparaît au loin la cité de Rocamadour, fermement amarrée à son rocher ! L’émotion est forte, tant l’aura de ce site est puissante. L’histoire de ce village est aussi extraordinaire que son architecture. Au XIIe siècle, on découvre dans le rocher le corps parfaitement préservé de Saint Amadour. La dévotion populaire envers Amadour en fera l’un des pèlerinages les plus incontournables de la chrétienté médiévale. Le roi Saint-Louis lui-même viendra ici en pèlerin, montant à genoux le grand escalier, comme le veut la tradition. En effet, Rocamadour (le rocher d’Amadour !) est une citadelle du vertige, où l’église, la crypte, les escaliers sont enchâssés à même la falaise. « L’espérance ferme comme le roc », telle est la devise du sanctuaire, et il faut décidément avoir la foi pour bâtir un tel défi à la gravité !

Jour 5 : Journée libre à Rocamadour

Vous prenez le temps d’explorer Rocamadour, de gravir le chemin de croix menant jusqu’au sommet du causse, et de vous imprégner de tous les récits qui nimbent le sanctuaire. Cette épée fichée dans la pierre ? Ce serait Durandal, l’épée du chevalier Roland. Cette vierge noire, entourée de bougies et de bateaux dans l’atmosphère obscure de la crypte ? Elle aurait sauvé nombre de marins du naufrage, et la cloche aurait retenti à chaque miracle au fil des siècles. Les marcheurs croyants recevront à l’issue de la messe la sportelle, l’emblème des pèlerins de Rocamadour, pour s’inscrire dans une longue lignée de voyageurs visitant ce sanctuaire unique. Majesté du site et force du mythe - qu’on soit religieux ou non, il est impossible de ne pas être saisi par l’atmosphère de Rocamadour !

A la tombée de la nuit, les foules de la pleine journée s’amenuisent et le village retrouve son calme. On entend alors résonner les cloches de l’église appelant aux vêpres, et les chants des fidèles montant dans l’obscurité… Fermez les yeux, vous êtes revenu au XIIIe siècle. De Figeac à Rocamadour, on ne se contente pas de marcher sur un (superbe) chemin : on voyage dans le temps…


ET APRES, LE GR46

C’est un itinéraire de grande randonnée qui relie Tours à Toulouse. Il entre dans le Lot à Sarrazac, puis poursuit par la vallée de la Dordogne, Rocamadour et St-Cirq Lapopie situés dans le Parc Naturel Régional des Causses du Quercy; il quitte le Lot à Beauregard. Et il rejoint les gorges de l'Aveyron dans le Tarn-et-Garonne avant de rejoindre Toulouse.

Vous n’en ferez qu’une petite partie pour rejoindre Cahors

Jour 6 : de Rocamadour à Labastide Murat (27.5km)

LE PNR DES CAUSSES DU QUERCY

De Rocamadour à la vallée du Lot vous allez cheminer dans ce magnifique parc naturel qui s’étend sur 102 communes. Des causses calcaires et secs à la vallée verdoyante du Vers, une multitude de paysages s’offrent à vous. En levant les yeux, vous verrez également le circaète Jean-le-Blanc, rapace emblématique du Quercy. La nuit, grâce à la très faible pollution lumineuse, vous pourrez contempler un ciel souvent insoupçonné.


LES LACS DE SAINT-NAMPHAISE

Ce sont des marres taillées dans des plaques de calcaire non fissurées. Elles portent le nom d’un officier de Charlemagne. D’après la légende, touché par la foi, il aurait abandonné le métier des armes et aurait vécu en ermite sur les Causses où il aurait creusé ces mares. Dans ces milieux arides, elles sont indispensables au bétail et à une faune très riche.


LABASTIDE-MURAT

Joachim Murat, beau-frère de Napoléon, y est né en 1767 dans une auberge que l’on peut visiter. Murat fut nommé Roi de Naples en 1808. La Bastide a été créée en 1238 par le seigneur Fortanier et elle prit le nom de Labastide-Fortanière. C’est en 1852 qu’elle prit son nom actuel.

Jour 7 : de Labastide Murat à Vers (24km)

Petit-à-petit vous allez quitter les causses pour descendre dans la jolie vallée verdoyante du Vers. Prenant sa source à Labastide-Murat, il rejoint le Lot à Vers après 23 km jalonnés de moulins que vous pourrez admirer. Au début de l’étape, vous passez devant le château de Labastide-Murat. Il fut édifié entre 1807 et 1815 par le Roi de Naples. De style néo-classique, on dit que son architecte parisien, Leconte, s’est inspiré du Palais de l’Élysée. Privé, il ne se visite pas.

L’OPPIDUM DE MURCENS

À 1,5 km hors chemin, l’oppidum a été révélé par J.-A. Delpon, député du Lot. Le site est étudié par Eugène Castagné. Il estime que son édification se situe entre 121 et 110 av. J.-C. Le rempart est évalué à 10 m de haut et 7 à 10 m de large pour 2 km de long. Il est précédé d’un fossé de 2 m de large et profond de 1,5 m. On y a découvert des ateliers métallurgiques et un grand nombre de meules à grain. Il aurait été abandonné en 52 av. J.-C., ses habitants rejoignant Divona Cadurcorum (Cahors). Au pied de l’oppidum, le Vers était capté et, grâce à un aqueduc de 33 km, alimentait Divona de 15 000 à 20 000 m3 par jour.


LE CIRCAÈTE JEAN-LE-BLANC

Un habitué de cette jolie vallée du Vers. Ce grand rapace, jusqu’à 185 cm d’envergure, est un spécialiste du vol stationnaire pour mieux repérer ses proies. Il ne se nourrit pratiquement que de serpents. Il niche au sommet des arbres et on le reconnaît par son apparence très claire, presque blanche.


VERS

Le village grandit au Moyen Âge autour d’un castrum dépendant des comtes de Toulouse. Au confluent du Vers et du Lot, il occupait une position stratégique dans la vallée. Il fut désarmé à la fin du xive siècle. La création de la ligne de chemin de fer en 1886, avec l’édification de son talus et d’un pont, a séparé le village du Lot. C’est actuellement une étape importante de la batellerie. Grâce au ruisseau et à ses cascades, vous y ferez une halte rafraîchissante.

Jour 08 : de Vers à Cahors (18,5km)

Après une petite incursion sur les causses de Cahors, la plupart du chemin longe le Lot. Beaucoup d’entre vous découvriront la batellerie sur cette rivière, peut-être l’occasion de faire du bateau-stop jusqu’à Cahors. À l’arrivée dans la cité des Cadurques vous ferez la jonction avec le GR65, Chemin du Puy.

LE LOT NAVIGABLE

Autrefois navigable d’Entraigues à Aiguillon, le Lot fut déclassé des rivières navigables en 1926. À partir de 1945, l’édification de microcentrales électriques empêcha complètement la navigation. C’est à partir de 1990, avec la création d’écluses, qu’une partie de la rivière (110 km actuellement) est redevenue navigable. Au long de cette étape vous allez longer ou voir quatre écluses


CAHORS DU TEMPS DES GALLO-ROMAINS

Après Uxellodunum, la capitale des Cadurques romanisée fut Divona Cadurcorum, la source sacrée des Cadurques. Elle est devenue Cadurca puis Cahors. On a situé cette divona à la fontaine des Chartreux, résurgence des eaux du Causse de Limogne, non loin du pont Valentré. À partir du Ier siècle, Cahors est une cité opulente avec un pont sur le Lot, un théâtre pouvant accueillir 6500 personnes, des thermes et de luxueuses villas. Cahors exportait ses étoffes de lin et son vin qui existait dès 50 av. J.-C.


Jean XXII

Né à Cahors en 1244, Jean Duèze est élu pape en 1316. Il meurt en 1334 à Avignon. Pendant tout son pontificat, il œuvre pour développer sa ville natale. En 1331, il crée l’Université de Cahors (une des premières de France) avec ses facultés de théologie, médecine, droit et arts et belles-lettres. Ses étudiants avaient les mêmes privilèges que ceux de Paris ou Toulouse. Elle fusionne en 1751 avec celle de Toulouse.

Jour 09 : Fin du séjour à Cahors

Fin du séjour après le petit déjeuner et navette de retour

Randonnée pédestre en itinérance en hôtels et chambres d'hôtes

9 jours, 8 nuits et 6 jours de marche

Le but de ce « pèlerinage » n’est plus, comme le voulait la tradition d’antan, de se rendre uniquement au sanctuaire des reliques d’Amadour, en oubliant tout ce que la nature, la beauté et les traditions du parc régional du Causse Quercy ont à offrir aujourd’hui. Les pèlerins de nos jours viennent découvrir le cœur et l’esprit de ce lieu bien caché mais bien préservé, pour comprendre par eux-mêmes pourquoi ces sites attirent tant de visiteurs.

Étape par étape, vous allez non seulement découvrir des sites en plein cœur du Causse Quercy, mais aussi observer leur ancrage et l’harmonie avec laquelle ils se relient à la nature environnante. Vous allez vous imprégner des traditions, comprendre en quoi ces lieux exercent une forte attractivité pour les pèlerins, et trouver vos propres raisons pour cela. Peut-être serez-vous séduit par la nature verdoyante, riche en reliefs escarpés qui complètent le paysage. Peut-être trouverez-vous dans la vie harmonieuse des habitants une liaison unique entre l'homme et la nature.

Les traditions qui perdurent depuis des siècles murmurent ce lien indéfectible. Vous pourrez participer à des activités en lien avec les dons de la nature, comme une balade ou une soirée sous le ciel étoilé. N'est-ce pas une manière magique et originale de savourer l'endroit où l'on se trouve ?

Ne manquez pas l’occasion de découvrir la beauté préservée et cachée du Causse du Quercy, et les raisons pour lesquelles ces sites attirent des pèlerins depuis des siècles.

ACCUEIL

Le premier jour directement à votre hébergement.

DISPERSION

Notre séjour se termine après le petit déjeuner à Cahors

NIVEAU 2-3 Randonnée moyenne à difficile ponctuellement

La notion de « difficulté » des randonnées est souvent évoquée. Soit via les commentaires que vous nous renvoyez, soit via les accompagnateurs pendant vos séjours.
Il nous parait donc important de faire un point sur le sujet.
L’idée est qu’un randonneur occasionnel puisse facilement estimer la difficulté de la randonnée avant de s’engager :
  • Itinéraire demandant un minimum d’expérience sur sentiers de moyenne montagne généralement bien matérialisés.
  • Un petit entrainement à la marche en montagne peut être nécessaire, notamment pour faire face au dénivelé et à la longueur de la marche.
  • Le sentier n’est pas toujours de bonne qualité et il peut y avoir des passages dans des cailloux, compliquant un peu la marche et la rendant plus pénible.
  • 4 à 6h de marche sur la journée (hors temps de pause)
  • Des chaussures de rando à tige haute et un habillement adapté à la météo est nécessaire.
  • Dénivelée positive comprise entre 500 et 700m : Mieux vaut être en forme, ou être un minimum sportif, mais cela reste tout à fait faisable si vous êtes habitué à un peu d’activité physique, même légère.
  •  Si vous êtes en autonomie, il peut y avoir des passages hors-sentier, mais l’itinéraire reste en général évident.
  • Certains passages peuvent être ponctuellement exposés, et des glissades ou des faux-pas doivent y être évités par une marche prudente.
  • Il faudra éventuellement faire attention à la praticabilité de l’itinéraire en fonction des conditions météo.

HEBERGEMENT

  • Nous avons déniché pour vous, le temps d'une nuit :

Nous avons déniché, au détour du chemin de Compostelle, quelques hébergements qui nous correspondent bien. Vous y serez "comme à la maison". Ceux ci sont principalement situés sur le GR65, et quelquefois un peu en retrait.

  • A quelle heure arriver à votre hébergement ?

Comme vous l'avez compris, vous serez bien souvent accueillis par des particuliers qui prennent le temps d'organiser votre venue. Pour que votre hôte vous réserve son plus beau sourire, n'arrivez pas avant 17h. Merci pour eux.

  • Note importante :

Selon les disponibilités au moment de votre réservation, nous pouvons vous proposer d'autres solutions d'hébergement avec des adaptations de parcours pouvant aller jusqu'à modifier ponctuellement l'itinéraire. Le parcours sera alors recalculé et un transfert pourra alors être nécessaire.

RESTAURATION

Les diners:
Vos repas seront pris à l’hébergement ou bien dans un restaurant à proximité.
Pour cette formule, vous serez en B&B (nuit+petit déjeuner à Figeac et Rocamadour et en ½ pension (nuit + diner + petit déjeuner) sur le reste du séjour.

Les déjeuners:
Vous préparez vous même vos paniers repas pour les pique-niques.

SEJOUR EN AUTONOMIE - FORMULE LIBERTE

Sur ce séjour, vous faites le choix de ne pas être accompagné d’un professionnel. Nous vous conseillons d’être déjà sensibilisé aux randonnées en liberté et d’être équipé de votre propre matériel de sécurité.

Vous effectuez cette randonnée en autonomie. Notre formule « liberté » vous permet de voyager aux dates qui vous conviennent le mieux et sans la contrainte logistique des groupes.
 
Attention : Après le départ, ce circuit s’effectuera sous votre propre responsabilité.
 
Nous vous fournirons toutes les indications nécessaires au bon déroulement de votre randonnée, vous devrez impérativement les suivre. 

DOSSIER DE RANDONNEE

Nous vous proposons un dossier de voyage avec toutes les informations nécessaires à la bonne réalisation de votre séjour : 
  • Un livret-topo guide
  • Des étiquettes bagages
  • Un sac pique-nique par participant 

Le balisage : Tout le sentier est balisé : GR (blanc et rouge) et/ou coquille.

LA CREDENCIAL

Autrefois, les évêques délivraient aux pèlerins une attestation qui leur permettait de voyager, tout en authentifiant leur condition de pèlerin.

Aujourd'hui, la crédencial en est l'héritière. Elle est destinée aux marcheurs, cyclistes ou cavaliers se rendant à Compostelle. Elle ouvre à un devoir de respect et de tolérance et permet au pèlerin contemporain :
  • d'accéder aux gîtes qui lui sont réservés (la crédencial est obligatoire en Espagne et recommandée en France ainsi que dans les autres pays),
  • d'obtenir la Compostela (certificat de pèlerinage) à son arrivée à Saint-Jacques de Compostelle.
La crédencial constitue également un appréciable souvenir, porte restée ouverte sur un inoubliable périple…

Toutes les crédencials, quelles qu'elles soient, comportent un texte "d'accréditation", qui n'a qu'une valeur symbolique.

La crédencial est nominative, personnelle, valable à vie et sur tous les chemins menant à Saint-Jacques de Compostelle, dans tous les pays.

Les modèles sont parfois différents, valable en France comme en Espagne. Ils comportent un certain nombre de cases à faire tamponner. En cas de manque de place, il suffit :

  • d'y agrafer une feuille de papier libre,
  • de vous procurer un joli carnet qui servira d'extension,
  • L'essentiel est de toujours conserver la crédencial d'origine sur soi !
La crédencial est délivrée par votre association jacquaire locale ou en faisant appel au service pèlerinage de votre diocèse mais vous pouvez également vous le procurer dans les principales villes-étapes du chemin (informations dans les offices de tourisme). 

GROUPE

Le groupe est constitué par vos soins. A partir d'une personne.

PORTAGE DES BAGAGES

Un véhicule assure le transport de vos bagages d’un hébergement à l’autre pendant votre séjour, vous n’aurez donc pas de sac à porter, sauf toutefois le nécessaire de la journée qui tiendra sans problème dans un petit sac à dos de 30 ou 40 litres.

Nous prenons en charge le transport de 1 bagage par personne pour 13 kg maximum. Le transporteur pourra vous facturer en fin de randonnée un supplément si les bagages sont trop lourds ou trop nombreux.

Les bagages sont à déposer le matin à l'accueil de votre hébergement, vers 8h. Ils seront livrés à votre hébergement suivant entre 17h et 18h30 selon les étapes.

TRANSFERTS INTERNES

Ce séjour peut se faire sans véhicule, en itinérance complète.

Des possibilités de transfert existent entre les étapes : demandez nous à raccourcir ou modifier vos étapes selon vos besoins.

EQUIPEMENT INDIVIDUEL A PREVOIR

Vous randonnez avec un petit sac à dos de 30 ou 40 litres pour la journée dans lequel vous mettrez vos vêtements de protection, pique-nique de midi, gourde, appareil photo, ...

Ne vous chargez pas trop pour ce voyage ! Avec un peu d’habitude, votre bagage ne devrait pas dépasser 8 -10 kg, tout compris, (bagage transporté + sac de la journée)

Équipement individuel : Le principe des 3 couches permet de gérer toutes les situations pendant la randonnée :
  • Un sous-pull (tee-shirt) à manches courtes ou longues en matière respirante (fibre creuse).
  • Une veste en fourrure polaire chaude.
  • Une veste coupe-vent imperméable et respirante type gore-tex.
En marchant, par beau temps calme, le sous-pull peut suffire. Par temps de pluie, neige ou vent, il suffit de rajouter la veste imperméable. Par temps froids ou lors des pauses, la veste polaire est un complément indispensable. Prévoir des vêtements qui sèchent rapidement et donc proscrire le coton. Préférez la laine, la soie et les fibres synthétiques qui permettent de rester au sec et au chaud aussi longtemps que possible. Eviter les anoraks trop chauds et encombrants.

En complément pour ne rien oublier : 
  • Chaussures, imperméables et tenant bien aux pieds (chaussures de montagne ou chaussures de marche type "trekking" en cuir ou cuir et Goretex.
  • Une tenue de rechange confortable et une paire de chaussures légères pour l'étape ;
  • Petite pharmacie personnelle (désinfectant, antalgique, élastoplaste, pansements adhésifs, double peau,  plus vos médicaments personnels... ;
  • Pour les pique-niques : un bol plastique type Tupperware ; des couverts ; un gobelet ; un couteau pliant (type opinel) ; une gourde et/ ou une thermos (un litre minimum) ;
  • Une lampe de poche légère (de préférence frontale)
  • Une pochette plastique étanche avec : la Carte Nationale d'Identité ou le Passeport (valide) ; le dépliant de votre assurance reçu lors de votre inscription (si vous avez souscrit cette assurance) ou votre assurance personnelle ;
  • Argent : dépenses personnelles (boissons en cours de rando, visites...) ;
Facultatif :
  • Un équipement photo ;
  • Une paire de jumelles :
  • Une couverture de survie

DATES ET PRIX

Départs possibles tous les jours à partir du 1 avril jusqu’au 31 octobre (en fonction de la météo).
Budget pour 9 jours / 8 nuits  : 1025€/personne

Options

  • Supplément chambre individuelle : 25€/nuit/personne (selon disponibilité)
  • Nuit supplémentaire en chambre double en B&B : 85€/p
  • Nuit supplémentaire en chambre individuelle en B&B : 105€/p
  • La navette de retour : 60€/p
  • Séjour sans transport de bagage : - 42€/p
  • Dossier papier : + 20€ (pour le groupe)

LE PRIX COMPREND

  • 5 nuits en 1/2 pension
  • 3 nuit en B&B
  • Le transport des bagages
  • Votre roadbook - livret culturel (1 par dossier)
  • L'application de guidage dédiée d'étape à étape
  • Vos étiquettes bagages (1 par participant)
  • 1 sac pique nique par participant
  • L'organisation et la préparation du séjour
  • Notre assistance pendant toute la durée du séjour

LE PRIX NE COMPREND PAS

  • Les assurances

A payer sur place

  • Le diner du premier jour à Figeac
  • Les diners à Rocamadour
  • Les piques niques
  • Les boissons et dépenses personnelles
  • Les taxes de séjour à régler sur place

Assurances

  • Assurance annulation : 3,4% du voyage
  • Assurance frais de recherche, secours, et rapatriement : 2% du voyage
  • Assurance multirisque : annulation, bagages, retard transport, recherche et secours, assistance interruption de séjour : 4,8% du voyage

Toutes nos assurances incluent une extension « épidémies ».

Pour ce voyage, nous vous recommandons notre assurance multirisque, spécialement étudiée pour le voyage d’aventure.

Attention, ces contrats s’adressent uniquement aux personnes dont le domicile principal est situé en France et en Europe.

Saisir un commentaire sur ce séjour

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
*
*     

Souhaitez vous recevoir les dernière actualités de Sud Randos ? *

DESCRIPTION


L'Histoire de Saint Jacques
Jacques, un des douze apôtres du Christ, est le fils de Zébédée, patron-pêcheur sur le lac de Tibériade, et le frère de Jean le futur évangéliste. Peu après la Pentecôte, où il reçoit le don des langues, il part christianiser la terre d’Espagne. Son discours doit être peu convaincant, puisqu’il revient en Palestine quelques années plus tard, ayant à peine converti à la Foi nouvelle une dizaine d’Ibères. Comme Jacques se montre peu enclin au compromis avec les Juifs traditionalistes comme avec les Romains, parvenant même à convertir ses ennemis, Hérode Agrippa le fait arrêter et décapiter. Ses compagnons embarquent alors sur un vaisseau avec le corps de Jacques et prennent le large pour revenir enterrer leur ami en Terre d’Espagne. Porté par les courants et les vents, le vaisseau s’échoue sur une plage de Galice, près de la ville d’Iria Flavia, actuellement Padrón. La reine du pays, qui porte le joli nom de Louve, contraint ces étrangers à faire des choses moult dangereuses, comme de chasser le dragon, ou d’atteler le char transportant le cercueil à des taureaux sauvages, avant de leur accorder enfin l’autorisation d’enterrer le malheureux à cinq lieues de là. Louve se convertit devant les miracles accomplis. A cette période, sous administration romaine, il est fait interdiction aux chrétiens, sous peine de mort, d’aller honorer les sépultures de leurs martyrs. Alors, peu à peu, la mémoire du tombeau se perd, d’autant que de nombreuses invasions font régner en Hispanie une insécurité permanente : les Wisigoths venus du nord, puis les Maures venus du sud. Huit siècles s’écoulent ainsi, et Jacques repose en paix près du Cap Finisterre. Il repose même tellement que tout le monde en oublie sa tombe.

Bibliographie :
Des livres de photographies aux essais historiques en passant par les récits et les romans, le chemin a inspiré de nombreux auteurs. Voici notre sélection (non exhaustive) qui vous permettra d’aborder le pèlerinage en randonneur averti.
 
Ouvrages généraux :
  • Les Chemins de Saint-Jacques de Compostelle - Bernard BRIAIS, Editions de Borée (octobre 2013), 240 pages. Au travers de photographies, ce beau livre nous fait découvrir ou redécouvrir les beaux sites, les monuments historiques et les sites naturels qui jalonnent les quatre routes historiques du chemin de Saint-Jacques.
  • Mille ans vers Compostelle : l’aventure des pèlerins sur les chemins de Saint-Jacques - Patrick HUCHET, Editions Ouest France - Collection Album (octobre 2012), 204 pages. Cet ouvrage retrace toute l’histoire du pèlerinage de Compostelle, de sa fondation au IXème siècle à sa renaissance au XXème siècle.
  • Compostelle 813-2013, 1200 ans de pèlerinages - Denise PERICARD-MEA et Louis MOLLARET, Editions Sutton - Collection Evocations (mai 2013), 160 pages. Cet ouvrage présente des anecdotes et des témoignages vécus, démontrant l’influence des deux derniers siècles sur l’histoire de Compostelle. Il s’appuie sur une trentaine de récits de pèlerins, du premier connu aux années 1980.
  • Le pèlerin de Compostelle - Paulo COELHO, Editions 84 - Collection J’ai Lu (avril 2009), 256 pages. Dans ce roman, l’auteur, qui a lui-même entreprit le pèlerinage de Saint-Jacques de Compostelle, restitue dans un style simple et fluide son voyage initiatique comme une expérience universelle. 
Ouvrages plus spécifiques à la route du Puy:
  • Chemins de Saint-Jacques de Compostelle - Frantisek ZVARDON, Editions Signe - Collection EnVol (mars 2013), 432 pages. Cet ouvrage contient de magnifiques photographies des voies au départ du Puy-en-Velay et de Vézelay, et ensuite, du Camino Frances. Sur plus de 5000 km, nous découvrons des paysages dont la beauté coupe le souffle, qui donneront l’envie d’y aller ou qui permettront de s’y replonger.
  • Les chemins de Saint-Jacques dans le Gers - Georges COURTES et Francis ZAPATA, Editions Sud Ouest - Collection Sites et Patrimoine (février 2013), 254 pages. Ce livre recense et décrit le patrimoine jacquaire que le passage des pèlerins a suscité sur le territoire gersois qui est traversé par deux grands chemins menant à Compostelle.
  • Pèlerin express : Les chemins de Compostelle en courant : 1950 km en 40 jours, GR 65 et Camino Frances - Sylvain BAZIN, Editions Outdoor (juillet 2013). Ce récit de voyage raconte le parcours du journaliste Sylvain Bazin sur la Via Podiensis (la route du Puy) et le Camino Frances. 
Les prochains départs

Du 14/06/2024 au 15/10/2024 1225,00 € | 15 place(s)

Autres séjours à découvrir