Se connecter
   |  Se déconnecter

Calabre, de l’Aspromonte à la Magna Grecia

La Calabre, aucun adjectif ne peut rendre compte de la beauté complexe, contrastée et fascinante de cette terre unique, marquée par des millénaires de culture et de civilisation. Nous proposons une semaine de randonnées à la découverte de cette région du Mezzogiorno. Pour commencer, nous partons de la Costa Viola, au bord du détroit de... En voir +

La Calabre, aucun adjectif ne peut rendre compte de la beauté complexe, contrastée et fascinante de cette terre unique, marquée par des millénaires de culture et de civilisation. Nous proposons une semaine de randonnées à la découverte de cette région du Mezzogiorno. Pour commencer, nous partons de la Costa Viola, au bord du détroit de Messine pour monter sur le massif montagneux de l’Aspromonte. Ici les couleurs de la mer laissent place aux nuances vertes des forêts de Pins Laricio. Nous poursuivons vers l’Est pour atteindre Bova dans un décor minéral. Ce petit village abrite un musée de la langue « Grecanica » encore parlée par Les Anciens. Un séjour dépaysant à la pointe de la botte !

LES POINTS FORTS :
– Une destination insolite
– Un autre visage de l’Italie, « la Grande Grèce »
– Le barbecue convivial partagé avec la communauté de Bova
– L’accueil privilégié et chaleureux de certains hébergeurs calabrais

À partir de 925,00 €

Réservation/Demande de devis

Activité Rando à pied

Durée7 jours

Niveau

TypeAccompagné Italie

Localisation

Code Séjour44CALVA

En savoir plus

INFORMATIONS DESTINATION

HISTOIRE :

LA GRANDE GRECE

La Grande-Grèce ou Grande Grèce (les deux formes existent en français, avec une nuance de sens) (en latin Magna Græcia) est le nom que les Grecs de l'Antiquité utilisaient pour désigner le sud de la péninsule italienne ainsi que la Sicile. De nos jours, la Grande Grèce correspond à la Campanie, la Calabre, la Basilicate et la Pouille ainsi qu'à la Sicile. Aux VIIIe et VIIe siècle av. J.-C., à la suite d'une importante augmentation de la population en Grèce et d'une crise sociale et politique au sein de l'Hellade, de nombreux émigrants partent fonder de nouvelles cités autour de la Méditerranée. Le sud de l'Italie et la Sicile de par leur proximité et leurs richesses agricoles furent d'importants sites d'installation. Les nouvelles cités sont qualifiées de « colonies » par les historiens.
Les nouvelles cités ne dépendent de la cité-mère que lors de leur établissement. Les échanges (commerciaux, diplomatiques) entre la cité-mère et la colonie se faisaient ainsi d'égal à égal et il n'était pas rare que la nouvelle cité ne dépassât en richesse la cité-mère. Cependant une réelle fraternité unissait la colonie et sa cité-mère et qui se traduisait par exemple par une aide militaire en cas d'attaque de la colonie ou de la cité-mère. C'est le cas lors de la guerre du Péloponnèse quand Corinthe envoya des troupes et des navires à Syracuse assiégée par les Athéniens. Il est toutefois à noter que lorsque la colonisation procédait d'une sécession ou d'un exil d'une partie du corps social, ce genre de liens n'existait évidemment pas.

BOVA

À la lisière du Parc National de l'Aspromonte, Bova fait partie de la Zone grécanique de la Calabre appelée aussi Bovésia.
Ses racines plongent dans la Grande Grèce, c'est-à-dire qu'elles remontent à la période où les colons grecs arrivèrent en Calabre et fondèrent des villes nouvelles (VIIIe et VIIe siècles av. J.C.). Mais il est avéré que le territoire de Bova fut habité dès le Paléolithique et pendant tout le Néolithique comme en témoignent les objets en pierre travaillée retrouvés dans les fouilles. La colline sur laquelle se dresse Bova fut habitée pour son importance stratégique par les Ausoniens, peuple italique que les colons grecs trouvèrent à leur arrivée sur les côtes de la Calabre. Connu sous le nom grec de Vuna (bouverie), le centre ne put pas éviter d'entrer dans la zone d'influence de la puissante ville de Syracuse.
Il résista longtemps à l'expansion des Romains qui n'eurent la souveraineté complète sur le sud de la Calabre qu'après la fin de la Seconde Guerre Punique (202 av. J.C).
Il devint un municipe au Ier siècle av. J.C. en acquérant la citoyenneté romaine et devint un siège épiscopal dès le Ier siècle apr. J.C.
À la fin de l'Empire Romain Bova fut mise à sac par les Goths (410) et par les Vandales (440) qui, provenant d’Afrique et de Sicile, débarquaient sur les côtes calabraises.
Avec les Sarrasins Bova connut un destin semblable; ceux-ci, à partir du IXe siècle, l'assiégèrent plusieurs fois. En 953 il y eut un épisode terrible: beaucoup de citoyens furent tués tandis que d'autres furent déportés en Afrique comme esclaves. Mais les assiégeants eurent un sort encore plus terrible en 1075 lorsqu’ ils ne réussirent pas à s'emparer de la forteresse.
À Bova à cette époque naquit Saint Léon (XIe siècle), aujourd'hui très vénéré dans le bourg. Après la domination des Normands (XIe siècle) et des Souabes (1194-1266) qui avaient une conception laïque du pouvoir, Bova fut inféodée par les Angevins à l'Archevêque de Reggio Calabria qui reçut le titre de Comte de Bova. Ses successeurs gouvernèrent jusqu'en 1806, année où Joseph Bonaparte abolit la féodalité.
En 1577 Bova fut frappée par la peste qui tua un grand nombre d'habitants; l'isolement qui s'ensuivit eut des conséquences néfastes sur le commerce. Au cours du même siècle on agrandit le système de défense composé de tours pour s'opposer aux fréquentes incursions des Turcs (1572).
La naissance de la République de Naples (1799) et la diffusion des idéaux républicains français virent Bova se ranger au côté des Bourbons et devenir un centre sanfédiste actif qui combattit au côté des troupes du cardinal Ruffo. Ce qui lui valut d'être assiégée et mise à sac par les Français en 1807. Après 1815 la ville fit partie du Royaume des deux Siciles des Bourbons jusqu'à l'unification du Royaume de l'Italie (1861).
Visite de la ville
Le centre historique de Bova conserve des joyaux architecturaux parmi lesquels se distingue la Cathédrale de SainteMarie-de-l'Isodia, d'origine normande, construite sur une église byzantine précédente. À l’intérieur une Vierge en marbre du XVIe siècle, des statues en bois et des toiles du XVIIIe siècle.
Parmi les églises à visiter, le Sanctuaire de Saint-Léo, avec une statue du Saint de 1582, l'Église Sainte-Catherine, avec une statue de la Vierge de la Visitation (1590).
On peut visiter les restes du Château situés dans une position dominante sur le bourg, qui racontent peu de leur longue histoire. De là on peut cependant jouir d'une vue panoramique immense. Contemporaine du Château, la Tour Pacopia (Xe siècle) qui faisait partie des remparts de Bova.
On ne peut pas terminer la visite de Bova sans avoir vu les palais nobiliaires construits au XVIIIe siècle par les familles riches des classes montantes. En se promenant dans le centre historique on peut remarquer que des rues conservent un nom de dérivation grecque. Dans la ville des personnes âgées parlent encore le dialecte gréco byzantin.
À voir absolument:
  • Cathédrale della Madonna della Presentazione o Isodia (XIème siècle)
  • Eglise di San Leo (XVIIIème siècle)
  • Eglise di San Rocco (fin XVIème siècle)
  • Eglise di Santa Maria dell'Immacolata
  • Eglise dello Spirito Santo (1622)
  • Eglise della Madonna del Carmine (moitié XVIIème siècle)
  • Ruines du Castello Normanno (Xème siècle)
  • Palazzo Nesci di Sant'Agata (XVIIIème siècle)
  • Palazzo Mesiani-Mazzacuva (XVIIIème siècle)
  • Torre Normanna o Parcopia (Xème siècle)
  • Palazzo Romeo, Palazzo Larizza et Palazzo Condemi
CULTURE :

REGGIO DI CALABRIA

Rrìggiu en calabrais, Righi en (Grec de Calabre), ??????, Reghion en Grec, habituellement appelée Reggio Calabria, ou Reggio dans le Sud de l'Italie, est la 1re ville calabraise de par son ancienneté, sa superficie et sa population, ainsi que le chef-lieu de la province et le siège du Conseil régional de Calabre. Avec 185.621 habitants, Reggio est la 7e ville la plus peuplée du Sud de l'Italie après Naples, Palerme, Catane, Bari, Messine, Tarente et la 18e au niveau national. Le territoire de la ville - défini au début du XXe siècle "[Grande Reggio" - se trouve au centre d'un plus vaste ensemble, (aire urbaine du détroit) d'environ 374.500 habitants comprenant de nombreuses villes entre Bagnara Calabra au nord et Melito di Porto Salvo au sud, et jusqu'au massif de l'Aspromonte. L'influence économique, culturelle ainsi que la fonction de pôle d'attraction de Reggio s'étend du port de Gioia Tauro jusqu'à la Locride. En outre, l'aire urbaine de Reggio ainsi que l'aire urbaine de Messine (séparées de 3 km par le bras de mer du détroit de Messine) vont probablement fusionner dans les années à venir en vue de constituer l'Aire urbaine intégrée du Détroit (Area Metropolitana Integrata dello Stretto), dont la population avoisinera 730.000 habitants.
Reggio est au centre d'une zone touristique considérable de par son importance historique, culturelle et balnéaire; c'est également un centre universitaire, et le cœur d'une zone agricole particulièrement fertile grâce à son climat tempéré, avec la production d'huiles d'olive, de vins, d'agrumes et de légumes, parmi lesquels l'on trouve la production typiquement locale de la bergamote. Cet agrume ne pousse qu'en terres reggine et il est ainsi devenu un des symboles de la ville. Après le tremblement de terre de 1908, la ville, presque entièrement détruite, a été reconstruite suivant un plan en damier, urbanisme très en vogue en Italie à cette époque; l'architecture dominante du centre-ville est donc de type Liberty, la variante italienne de l'Art Nouveau.

SCILLA

Scilla, ville pittoresque et charmante, se trouve sur la côte tyrrhénienne méridionale en face de la Sicile à quelques kilomètres au nord de Reggio Calabria.
Histoire : Selon la mythologie Scilla était une fille très belle, fille de Nisos roi de Mégare, aimée par le dieu marin Glaucos et transformée par la magicienne Circé en un monstre à six têtes de chiens féroces qui dévoraient les marins de passage dans le Détroit de Messine.
En réalité la navigation dans ce détroit fut redoutée par toutes les populations depuis l'antiquité, à cause de la force des courants marins.
Son nom provient du phénicien skoula (rocher) ou du grec skola (chien) ou Skylla, transformé ensuite dans le mot latin scylla et scyllaeum. Des historiens comme Strabon et Polybe affirment que Scilla fut fondée lors de la guerre de Troie (XIIe siècle av. J.C.). Selon l'histoire au contraire Scilla apparaît pour la première fois dans la lutte entre les pirates tyrrhéniens, installés dans cette partie de la côte, et le tyran de Reggio Calabria Anaxylas (493 av. J.C.).
Ensuite le lieu fut fortifié et devint un poste militaire important des côtes tyrrhéniennes, connu des Romains sous le nom d'Oppidum Scyllaeum, qui fut le théâtre de quelques événements historiques. Les esclaves guidés par Spartacus s'y réfugièrent pendant la révolte de l'an 73 av. J.C. et les navires d'Octavien engagés dans la guerre civile contre la flotte du jeune Pompée, y arrivèrent à la recherche d'un poste d'amarrage sûr (42 av. J. C.).
À l'époque impériale la ville vit décroître son importance et fut exclue de la Voie Popilia qui reliait Capoue à Regium (Reggio Calabria), mais elle conserva une certaine importance maritime comme en témoigne Saint Jérôme qui s'y arrêta au cours de son voyage vers Jérusalem.
Après la chute de l'Empire Romain, Scilla fut englobée dans le Royaume d'Odoacre (476), puis dans le Royaume Ostrogoth (494) et alla vers une période de sièges et de pillages fréquents par les Vandales installés en Afrique. En 535 le général byzantin Bélisaire battit définitivement les Vandales et, après la guerre gréco-gothique (535-553), il effaça les Ostrogoths de l'histoire et annexa tout le Sud de l'Italie à l'Empire Romain d'Orient.
Entre les VIIIème et Xème siècles les moines basiliens arrivèrent en Calabre et édifièrent à Scilla un monastère et une église identifiée comme l'ancienne Saint-Pancrace, détruite par le tremblement de terre de 1783. À partir du IXe siècle Scilla et les côtes de la Calabre furent l’objet d'incursions de bandes de Sarrasins qui, désormais maîtres de la Sicile depuis 827, réussirent même à conquérir et dominer la ville pendant une brève période.
Après la conquête des Normands (1062), à laquelle la population s'opposa en se renfermant dans le Château, Scilla obtint des privilèges commerciaux et, sous les Souabes successeurs des Normands, elle fut fortifiée (1255) par Pietro Ruffo, désormais en guerre ouverte contre Manfred, fis du feu Empereur Frédéric II de Souabe. Les Angevins conquirent la Calabre et la Sicile (1269) mais l’esprit de révolte des Vêpres Siciliennes (Palerme, le 30 mars 1282) se propagea rapidement le long des côtes de la Calabre et parvint jusqu’à Scilla. En 1421 le Château fut attribué à Guterra De Nava. Le tremblement de 1783 détruisit Scilla et une grande partie de la Calabre, en transformant l'aspect de la ville millénaire et ce qui resta debout fut plus tard endommagé ou anéanti par le tremblement de terre de 1908.

BIBLIOGRAPHIE :

« Italie» Guide Vert - Édition Michelin
« Italie du Sud » - Géo Guide - Guides Gallimard « Italie du Sud » - Guide du routard

ADRESSES UTILES :

Office National du Tourisme Italien (ENIT) :
23, rue de la Paix 75002 PARIS
Tel : 01 42 66 66 68 - Email : enit.parigi@wanadoo.fr - Site web : www.enit.it

AUTRES INFORMATIONS :

GASTRONOMIE

L'arôme piquant est la saveur qui marque les plats locaux, parce que verser du piment sur tous les mets, avant d'être un geste alimentaire, est pour tout calabrais un acte sacré qui exprime la nature et la culture de sa terre. Le piment, les haricots, les courgettes, les poivrons, les oignons (en particulier ceux de Tropea) sont la base de la cuisine de Calabre, qui a élaboré des entrées exquises comme les macaronis au chou-fleur, les pâtes au fenouil sauvage, le potage de paupiettes de ricotta.
On produit une remarquable variété de charcuteries typiques Dop (Appellation d'origine protégée), comme la ''Soppressata'', la Saucisse et la ''Pancetta calabrese''. Chef-d'œuvre d'art fromager, c'est également le Caciocavallo silano, originaire de la "provincia" di Cosenza. Il s'agit d'un fromage à pâte semi-dure, dont l'affinage s'effectue en pendant le produit à une corde. Et c'est justement de cet usage que provient l'expression napolitaine "Tu finiras comme le caciocavallo!".
Le soleil de Calabre, mûrit des vins Aoc, tels que le Lamezia, Blanc et Rouge, et le Cirò, vin convenant aux viandes rouges, aux rôtis, aux daubes, au gibier, à la volaille.

JOUR 1 : PARIS (OU PROVINCE) - REGGIO CALABRIA

Vol de Paris (ou Province) pour Reggio Calabria (ou Lamezia Terme). Installation en chambre d’hôtes à Reggio Calabria.
Visite possible du Musée archéologique national : une attention particulière est donnée à la salle des Bronzes de Riace. Il s'agit de deux statues en bronze datant du Vème siècle avant J.C. Elle représentent, toutes deux, un guerrier grec armé dans la nudité héroïque.
Promenade sur le Lungomare de Reggio où les Ficus géants centenaires nous laissent songeurs. Par temps dégagé, la promenade offre une vue imprenable sur le détroit de Messine et le sommet enneigé de l'Etna. Repas dans un restaurant de la ville (non compris). Nuit à Reggio.
1 à 2h de marche dans la ville, selon les horaires d'arrivée des vols réservés

JOUR 2 : SCILLA - ORTI - GAMBARIE

Le matin, balade autour de Scilla et du pittoresque village de pêcheurs de Chianalea. Baignade possible selon la saison. Randonnée à travers l'odorant maquis méditerranéen par un sentier en balcon dominant Reggio jusqu’au village d’Orti. Cet itinéraire permet de découvrir le vaste panorama du détroit de Messine avec la Sicile et les Iles Éoliennes et l'Etna en toile de fond. En fin d'après-midi transfert privé pour Gambarie. Nuit et repas du soir en hôtel 3* chez Maria.
Sa cuisine familiale à base de produits locaux nous enchante depuis des années.
4h de marche, +400m de dénivelée

JOUR 3 : GAMBARIE - MAUSOLEE DE GARIBALDI

Randonnée dans une très belle hêtraie sapinière jusqu'au Mausolée de Garibaldi. Ce monument commémore la bataille livrée par l'artisan de l'unité italienne et ses partisans contre les troupes piémontaises. En toutes saisons les forêts de l'Aspromonte sont un véritable paradis pour les mycologues. Retour par le petit lac de Rumia. Nuit et repas du soir en hôtel 3*.
5h30 de marche, +350m/-350m de dénivelée

JOUR 4 : GAMBARIE - ROGHUDI - BOVA

Transfert à Roghudi en passant par le village perché de Roccaforte del Greco dont le nom évoque le souvenir de la Grande Grèce (Magna Grecia). Traversée des ruines du village abandonné de Roghudi avant de parvenir à Bova où subsiste encore le souvenir d'une importante communauté grecque. L'influence grecque est encore visible dans l'architecture et dans le dialecte "grecanico" parlé par les Anciens.
Hébergement en Albergo Diffuso pour 2 nuits : un concept italien, lié à l'exode rural. Partis vivre désormais en ville, les habitants ont maintenu leur maison en état par le biais de la coopérative calabraise, pour les ouvrir à la location saisonnière. Nous dormons dans des maisons différentes, hétérogènes, réparties à plusieurs endroits du village.
6h de marche, +600m/-300m de dénivelée

JOUR 5 : BOVA

Visite historique du centre de Bova : un des plus beaux villages d'Italie. Randonnée en boucle par la vallée des moulins avec un barbecue convivial organisé par une coopérative locale dans les murs d'un ancien moulin à huile (Frantoio). Une occasion d'échanges sur les cultures traditionnelles (olives, céréales) et l'élevage (caprins essentiellement).
4h de marche, +350m de dénivelée

JOUR 6 : LA FIUMARA D'AMENDOLEA

Visite du "Museo della Lingua Greco-Calabra Gerhard Rohlfs". Ce linguiste allemand passionné de langues régionales, nous a laissé en héritage le travail de ses recherches sur le dialecte local "le grecanico" : une découverte passionnante. Randonnée en descente sur le versant sud de l'Aspromonte avec des vues sur les « fiumare ». Arrivée à Condofuri d'Amendolea et à l'agriturismo « Il Bergamotto ». Petite balade et visite du bourg médiéval de Pentedattilo, blotti contre de curieux rochers en forme de doigts, dont les origines remontent au VIIème siècle avant J.C. Nuit dans l'agriturisme de Ugo, producteur charismatique de bergamote.
4h de marche, +100m/-700m de dénivelée

JOUR 7 : AMENDOLEA - REGGIO CALABRIA (OU LAMEZIA TERME) - PARIS (OU PROVINCE)

Transfert vers l'aéroport de Reggio Calabria (ou Lamezia Terme). Vol pour Paris (ou Province).

COMPLEMENT DE PROGRAMME

- Les durées de nos randonnées sont données à titre indicatif. Elles peuvent varier en fonction de plusieurs éléments lors du déroulé de notre séjour (niveau des participants, météo, état du terrain, etc...). Les durées de transfert peuvent aussi fluctuer en fonction des conditions climatiques et de l'état des routes.
- Le programme a été établi selon les derniers éléments connus lors de sa rédaction et peut être sujet à des modifications dans un souci de qualité. De plus, des situations indépendantes de notre volonté peuvent modifier le déroulement de votre séjour (météo, routes coupées, vols annulés ou retardés, grèves, fêtes locales...). Nos guides feront de leur mieux pour s'adapter à ces aléas, avec leur expérience et leur professionnalisme. Votre satisfaction et votre sécurité sont les éléments qui prédominent dans ces décisions de modification.
La Calabre, aucun adjectif ne peut rendre compte de la beauté complexe, contrastée et fascinante de cette terre unique, marquée par des millénaires de culture et de civilisation. Nous proposons une semaine de randonnées à la découverte de cette région du Mezzogiorno. Pour commencer, nous partons de la Costa Viola, au bord du détroit de Messine pour monter sur le massif montagneux de l'Aspromonte. Ici les couleurs de la mer laissent place aux nuances vertes des forêts de Pins Laricio. Nous poursuivons vers l'Est pour atteindre Bova dans un décor minéral. Ce petit village abrite un musée de la langue "Grecanica" encore parlée par Les Anciens. Un séjour dépaysant à la pointe de la botte !

LES POINTS FORTS :
- Une destination insolite
- Un autre visage de l'Italie, "la Grande Grèce"
- Le barbecue convivial partagé avec la communauté de Bova
- L'accueil privilégié et chaleureux de certains hébergeurs calabrais

ACCUEIL

Le dimanche à l'aéroport de Reggio di Calabria (ou Lamezia Terme)

En Avion:
De Paris et des principales villes de province (avec supplément). Si vos horaires sont différents (départ différé, départ de province, etc…), nous vous indiquerons le numéro de l’accompagnateur pour retrouver le groupe.
Aéroport d'accès et dispersion : Lamezia Terme ou Reggio di Calabria
Il y a plus de rotations aériennes pour l'aéroport de Lamezia Terme situé à 140km de Reggio di Calabria.
Nous organisons un transfert privé pour rejoindre l'hébergement à Reggio Calabria.
Pour ceux qui auront des horaires d'arrivée différés à Lamezia :
Pour rejoindre Reggio, prendre la navette entre l'aéroport de Lamezia et la gare Centrale puis un train jusqu'à Reggio - Information :
Aéroport Lamezia : http://www.sacal.it/lamezia/trasporti/
Aéroport Reggio : http://www.reggiocalabriaairport.it/

DISPERSION

Le samedi suivant à l'aéroport de Reggio di Calabria (ou Lamezia Terme)

FORMALITES

Durant la randonnée, vous devez être en possession des documents suivants :
- Carte d'identité en cours de validité ou Passeport.
- Carte vitale.
- Dépliant de votre assurance voyage reçu lors de votre inscription (si vous avez souscrit cette assurance auprès de nos bureaux) ou de votre assurance personnelle (numéro de contrat + numéro de téléphone). - Carte Européenne d'assurance maladie

NIVEAU

Marcheur Régulier
Pour marcheur motivé, en forme, pratiquant une activité physique variée et régulière. 4 à 6h de marche, avec dénivelées positives allant de +100 à +600m

HEBERGEMENT

1 nuit à Reggio en Chambre d'hôtes
2 nuits à Gambarie en hôtel 3*
2 nuits à Bova en hébergement dispersé
1 nuit en Agriturismo à Amendolea

Les inscriptions individuelles sont regroupées en chambre de 2 personnes sauf si vous demandez le supplément chambre individuelle

ENCADREMENT

Accompagnateur en montagne diplômé

GROUPE

De 5 à 15 participants

PORTAGE DES BAGAGES

Vous portez uniquement vos affaires de la journée

EQUIPEMENT INDIVIDUEL A PREVOIR

BAGAGES :
- 1 sac de voyage par personne (ou valise à roulettes). Un bagage trop volumineux est à proscrire car poserait des soucis d'encombrement du bus ou d'organisation logistique.
- 1 sac à dos de 35-40 litres environ à armatures souples avec ceinture ventrale et un dos bien aéré pour votre confort (pour porter vos affaires personnelles de la journée : appareil photo, pique-nique du déjeuner, gourde, vivres de course, veste coupe-vent, pull, vêtement de pluie...). Ce bagage est placé généralement en cabine lors de vos transports aériens éventuels (10kg maximum par personne, habituellement).
Sur les séjours itinérants ou semi-itinérants, il est demandé de limiter également le poids à 10-12kg, car l'accès malaisé à certains hébergements pourrait compromettre la livraison des bagages. Nous vous invitions également à éviter d'y laisser des objets fragiles et/ou de valeur.

VÊTEMENTS :
Pour le haut du corps, le principe des 3 couches permet de gérer quasiment toutes les situations :
- une couche légère et respirante
- une couche chaude
- une couche imperméable et respirante.

En marchant, par beau temps calme, le sous-pull peut suffire. Par temps de pluie ou vent, il suffit de rajouter cette veste imperméable. Par grands froids ou lors des pauses, la veste polaire est un complément indispensable.
Prévoir des vêtements qui sèchent rapidement et donc éviter le coton. Préférez les fibres synthétiques qui permettent de rester au sec et au chaud aussi longtemps que possible.
Pensez à vous couvrir avant d’avoir froid, mais surtout à vous découvrir avant d’avoir trop chaud. La sueur est l’ennemi du randonneur, car elle humidifie les vêtements qui sont rapidement glacés lors des pauses. Ainsi, il est très rare d’effectuer une ascension vêtue d’une veste polaire.

La liste complète et idéale : (à adapter néanmoins suivant la randonnée et la saison, et en fonction de vos habitudes)
1 chapeau de soleil ou casquette, ou foulard
1 bonnet ou bandeau en polaire et/ou un tour de cou
1 paire de gants légers
Tee-shirts manches courtes en matière respirante de préférence (1 pour 2 jours de marche).
1 sous-pull à manches longues en matière respirante ou une chemise (parfois, les sommets sont ventés et une petite épaisseur est la bienvenue pendant la pause déjeuner),
1 veste chaude type polaire (voire déperlante) ou type chaude et compressible)
1 veste coupe-vent imperméable et respirante avec capuche
1 cape de pluie éventuelle et/ou sursac
1 pantalon de randonnée solide, ample, confortable, déperlant
1 surpantalon imperméable et respirant
1 short ou pantacourt, confortable et solide
Chaussettes de marche (1 paire pour 2 jours de marche). Privilégier la laine ou les chaussettes spécifiques randonnée type bouclette” qui vous éviteront l’échauffement prématuré des pieds

1 paire de chaussures de randonnée tenant bien la cheville et imperméables, avec semelle qui accroche bien au relief et résistante à l’abrasion. Pensez à tester auparavant les chaussures neuves et celles inutilisées depuis longtemps.
OU si vous êtes habitués, une paire de chaussures basses type trail, notamment pour les séjours été. 1 maillot de bain et 1 serviette qui sèche rapidement (facultatif en vue d'éventuelles baignades)
1 pantalon confortable pour le soir
1 paire de chaussures de détente légères pour le soir, type baskets, permettant aussi d’être utilisées pour les visites ou balades en ville.

MATÉRIEL :
POUR LE PIQUE-NIQUE
Couverts
1 boîte de conservation en plastique de 0,5 litre minimum (impératif même s'il peut arriver qu'elle ne serve pas)
1 gobelet plastique ou aluminium avec anse isolée pour éviter les brûlures avec les boissons chaudes
1 couteau de poche pliant (facultatif)
1 gourde isotherme ou aluminium de 1,5 litres minimum ou gourde souple (déconseillée en hiver) ou une gourde filtrante éventuellement. Surtout utile en hiver, si vous souhaitez, prendre une bouteille isotherme pour emporter thé, café... pendant la randonnée)
AUTRES
1 grand sac plastique à glisser dans votre sac à dos afin de protéger vos affaires des intempéries et/ou 1 sur-sac
1 pochette étanche avec : votre contrat d'assistance, vos papiers d'identité, carte vitale et tout autre document mentionné dans la rubrique formalités
1 parapluie solide et léger (facultatif mais très utile en cas de pluie, ou même de canicule)
1 paire de bâtons de marche télescopiques (selon vos habitudes ou le niveau technique des randonnées, se référer au paragraphe « Niveau Technique » de la fiche technique du séjour)
1 paire de lunettes de soleil de bonne qualité (protection niveau 3 ou 4) couvrant bien les côtés
Crème solaire avec un bon indice de protection (30 minimum) et écran labial (le tout systématiquement dans le sac à dos)
Trousse de toilette (brosse à dents, déodorant, etc…)
Protections auditives en cire ou en mousse (contre les ronflements de voisinage ou autres nuisances sonores)
Mouchoirs
Papier toilette
1 frontale ou lampe de poche + couverture de survie : à mettre systématiquement dans le sac à dos, un retard imprévu suite à un incident peut subvenir même au cours d'une randonnée facile
Des lunettes de rechange (si vous portez des lunettes de vue)
Appareil photo, jumelles (facultatif)

PHARMACIE :
Le guide est équipé d'une pharmacie de premiers secours (non destinée à subvenir à vos besoins pour de petits aléas). Néanmoins, il n’est pas autorisé à administrer tout médicament à un participant sans prescription médicale ou accord médical des secours.
Prévenez le guide de toute maladie, traitement ou autre allergie qui pourraient compliquer une prise en charge médicale en cas d'incident, ou tout malaise éventuel qui pourrait vous arriver en cours de randonnée.

Vos médicaments habituels
Médicaments contre la douleur : paracétamol de préférence
Médicaments contre les troubles digestifs (facultatif)
Antistaminiques contre les piqûres d’insectes par exemple (facultatif)
Pastilles contre le mal de gorge (facultatif)
Bande adhésive élastique en 5 ou 8 cm de large x 2,5 m (facultatif)
Jeux de pansements adhésifs + compresses désinfectantes
Collyre (en cas de poussières ou irritation/sécheresse oculaire)
Double peau pour protéger les ampoules aux pieds (facultatif)
Pince à épiler (facultatif)
Petits ciseaux (facultatif)
Vitamine C (facultatif)
Pince à échardes (facultatif)
Gel hydroalcoolique antibactérien utile pour se laver/désinfecter les mains.

DATES ET PRIX

Départ de Province possible, sous réserve de disponibilité (potentiellement avec supplément, selon les tarifs des compagnies aériennes au moment de la réservation)

Options

Départ de Province possible, sous réserve de disponibilité (potentiellement avec supplément, selon les tarifs des compagnies aériennes au moment de la réservation)

LE PRIX COMPREND

- Le vol aller-retour Paris - Reggio Calabria (selon option choisie)
- L'encadrement par un accompagnateur en montagne
- L'hébergement en demi-pension, sauf les déjeuners du J1 et J7 et le dîner du J1
- Les pique-niques le midi
- Les transferts prévus au programme

LE PRIX NE COMPREND PAS

- L’assurance annulation et/ou assistance
- Le supplément départ de Province
- Les déjeuners du J1 et J7 et le dîner du J1
- Les visites éventuelles à Reggio Calabria (environ 8€)
- Les taxes de séjour à régler sur place (environ 1€ par nuit)
- Les boissons et dépenses personnelles Les frais d’inscription éventuels
- Le supplément chambre individuelle
- D’une façon générale, tout ce qui n’est pas indiqué dans “Le prix comprend”

Saisir un commentaire sur ce séjour

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*
*
*
*     

Autres séjours à découvrir